L’Appel de l’Amazonie, du Havre au Brésil

À l’occasion de la Transat Jacques Vabre, les équipes des associations all4trees, Coeur de Forêt et On est Prêt ont transmis un message de soutien pour l’Amazonie, en compagnie de Roxane Nonque (Dearlobbies) et de Tristan Lopin. Aux côtés des skippers Mathieu Claveau et Christophe Fialon, qui se lancent sur la traversée de l’Atlantique jusqu’au Brésil, à bord de leur voilier « Prendre la mer, agir pour la Forêt », la campagne #act4amazonia souhaite continuer à engager les citoyennes et citoyens à la préservation des forêts.

Village de la Transat Jacques Vabre, Le Havre, Jeudi 24 octobre 2019.

Sans doute vous attendiez vous à ce que nous vous parlions aujourd’hui de la mer, de par le contexte de cette Transatlantique sur le départ, de par ces 60 bateaux qui nous font face. Nous sommes pourtant ici pour vous parler de la forêt.

La destruction de « nos » forêts affecte les océans. Elles, qui retiennent les sols et les préservent de l’érosion. Elles, qui permettent à ces derniers de conserver leurs capacités d’absorption de l’eau. Elles, qui protègent les terres des inondations, drainant sédiments et pollutions diverses depuis les cours d’eau jusqu’aux océans.

Au même titre que les océans, les forêts font partie de la biodiversité, de l’écosystème global dans lequel nous – et tout le vivant – évoluons, et qu’il est urgent de préserver.

Avec la forêt du bassin du Bornéo-Mékong et celle du bassin du Congo, la forêt amazonienne fait partie des trois forêts primaires les plus importantes au monde, et pourtant. Et pourtant, entre janvier et septembre 2019, plus de 72000 départs de feux y ont été décomptés, soit presque deux fois plus qu’en 2018.

Ces feux, d’une ampleur sans précédent, ont provoqué un émoi et une vague d’indignation au niveau international à la fin du mois d’août.

Comment ne pas se sentir démuni.e.s face à ce constat ? Que pouvons-nous faire, face à la destruction du “poumon” de la planète ? Comment préserver cet écosystème – abritant un cinquième de la biodiversité sur Terre – partant en fumée sous nos yeux, et ceci pour toujours ?

La cause de cette déforestation galopante est pourtant connue : pour pallier aux besoins toujours plus avides de l’agriculture commerciale, nous convertissons toujours plus de forêts au profit de terres agricoles servant à l’élevage bovin ou la culture de soja – majoritairement OGM – destinée à l’alimentation animale.

Le Brésil est particulièrement touché par ces pratiques agricoles.

Selon Greenpeace, un peu plus de 65% des terres en proie à la déforestation en Amazonie le sont à des fins d’élevage. Ces parcelles, utilisées en premier lieu pour les pâturages, sont ensuite converties en champs de soja, dont la majorité des récoltes est ensuite exportée vers la Chine, mais aussi vers L’Europe afin d’alimenter les élevages industriels de volaille et de porc.

Il s’agit de la déforestation importée. Celle que l’on ne voit pas, invisible au quotidien et pourtant bien l’une des principales causes de ces feux dont nos produits de consommation courante sont complices.

C’est pour toutes ces raisons que nous avons décidé de lancer la campagne #act4amazonia, avec nos expertises et forces respectives, afin de donner des clés et des solutions à chacune et chacun pour agir.

Nous avons donc lancé 3 défis, 3 actions concrètes, réalisables dès aujourd’hui et à la portée de tous, pour réduire au maximum notre impact sur la déforestation et préserver l’Amazonie.

Ces 3 actions sont les suivantes :

En seulement quelques jours, la campagne #act4amazonia a mobilisé 28 organisations et permis à plus de 13.000 citoyennes et citoyens de s’engager pour la préservation de la forêt Amazonienne. Elle a été soutenue par ses 3 parrains que sont : le photographe et réalisateur écologiste Yann Arthus-Bertrand, l’auteur et réalisateur Cyril Dion et l’écrivain et scientifique Jean-Pierre Goux.

Grâce à la mobilisation internationale, les auteurs des incendies volontaires ont été arrêtés et le gouvernement Brésilien a envoyé l’armée pour éteindre au plus vite ces incendies ravageurs.

Malgré tout, il est essentiel de continuer à agir pour préserver la forêt et stopper cette déforestation, qui perdure.

La campagne #act4amazonia rejoint aujourd’hui Coeur de Forêt et les skippers Mathieu Claveau et Christophe Fialon, pour faire de leur bateau « Prendre la mer, agir pour la forêt » un symbole de solidarité et d’action pour l’Amazonie.

Aujourd’hui, nous souhaitons transmettre un message de soutien à toutes les organisations, ainsi qu’aux citoyennes, citoyens et peuples autochtones qui luttent chaque jour sur le terrain pour préserver l’Amazonie.

Aujourd’hui, nous souhaitons vous encourager, chacune, chacun, à vous engager pour la préservation des forêts et à devenir vous aussi, ambassadrices et ambassadeurs de notre message.

Signataires :

prendre la mer agir pour la foret
Baptème 🍾 du bateau « Prendre la mer, agir pour la Forêt » avec le parain Tristan Lopin